• Nath Bertrand

50 nuances d'amitiés

L'amitié est une chose précieuse, que je considère comme sacrée et privilégiée. Je la donne entièrement, sincèrement, mon mari dirait que je la donne trop rapidement. Je suis fidèle en amitié comme en amour. Je respecte mes amis, je les valorise, je les encourage, je suis fière d'eux. Je n'ai pas besoin de leur parler tous les jours, je n'ai pas besoin d'être exclusive et je ne compte pas les tours.


Mais je me demande si je ne suis pas la seule qui considère ses amis comme quelque chose de précieux. L'an dernier, j'ai demandé à plusieurs personnes en qui j'avais une confiance totale de lire mon manuscrit de livre pour obtenir leurs premières impressions. À la demande de mon parrain d'édition, j'ai demandé à tous de signer une entente de confidentialité. Puisque je nomme certaines personnes dans le livre, je voulais également obtenir leurs accords avant d'utiliser leurs noms. Tous ont accepté avec plaisir. Tous sauf une personne. Une personne que j'appelais mon ami depuis 45 ans.

J'ai été terriblement blessé par la manière de me répondre et les propos tenus. À un point où j'ai décidé de couper les ponts entre elle et moi. Je n'avais jamais fait ça, couper les ponts avec quelqu'un, mais j'ai décidé de ne plus subir ce genre de comportement. J'ai été capable de voir à ce moment-là que je ne retirais rien de positif de cette relation depuis de nombreuses années.

J'ai bien réfléchi à la nature de notre amitié et je me suis aperçue qu'elle appartenait à une autre version de moi. Une version qui ne me correspondait plus. J'ai décidé de faire de la place dans mon cercle pour ceux qui me rendent l'amitié à la hauteur de la mienne.

À l'époque où cette amitié est née, j'étais une petite fille vulnérable qui se sentait différente et seule. L'amitié est arrivée et j'ai saisi la chance de faire partie du groupe populaire. Être "dans l'ombre de", me convenait. J'avais l'impression d'être quelqu'un, d'être utile. Mais avec le temps, je ne me suis pas aperçu que j'aspirais à plus et qu'être le faire valoir de quelqu'un ne me convenait plus. Nos rôles n'avaient pas évolué avec les années et malheureusement ça m'a pris du temps à le réaliser.


Dans le fond, peu importe combien de temps cela m'a prit pour réaliser que j'entretenais l'illusion de l'amitié avec cette personne, l'important est que je m'en suis libéré. Il est parfois difficile de couper les ponts avec des gens qui ont été longtemps nos compagnons de voyage dans cette vie, mais je crois qu'il est nécessaire de le faire quand la relation n'est plus enrichissante, quand il n'y a pas de respect et d'écoute. Si on se sent diminué ou pris pour acquis, il vaut mieux faire de l'espace entre nous et laisser la chance à de belles et sincères amitiés de prendre la place.

Je souhaite bonne route à cette personne, je lui souhaite d'être heureuse et de trouver le courage de voir que nous avions été de bonnes amies jadis, mais qu'aujourd'hui je ne suis plus la même. Maintenant j'attends de mes amis plus d'empathie, plus d'écoute, plus d'estime, plus de respect que ce que je demandais quand je ne savais pas que je pouvais le demander.

Merci à mes amis actuels d'être aussi généreux, présents, attentif. L'amitié c'est le sel de la vie.

Si vous aussi avez eu des histoires d'amitiés compliquées, faites-moi savoir comment vous vous en êtes sorties. Comment vous avez décidé de vous libérer? Je suis curieuse de vous lire.

Inscrivez-vous à l'infolettre pour suivre les développements dans l'écriture de mon livre ou vous apprendrez en détail la naissance de cette amitié jusqu'à sa chute.

Nathalie

XX


13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout