Le pervers narcissique vous guette

Dernière mise à jour : 3 mars





Et ça pourrait vous coûter cher!


Mes clients, des compagnies de construction, cabanes à sucre, agences de marketing, boutiques, gouvernementale, firme de consultants, d’ingénieur ont tous été victimes d’un ou d’une perverse narcissique (PN)


Ils ont tous perdu des employés performants à cause des dommages causés par un PN. Le coût du remplacement d’un employé peut vous coûter jusqu’à 2% du salaire annuel de cette personne. Avez-vous les moyens de garder un P-N dans votre équipe?

Dans les bureaux où je suis coach, j’en ai croisé souvent. Ils enveniment l’atmosphère de travail, créent des « clics » toxiques, ils peuvent littéralement démolir la réputation d’une personne et vider votre compagnie de ses meilleurs joueurs.

Pourquoi ont-ils été des proies faciles pour ce genre de prédateurs?

La méthode du PN est toujours similaire. 1- identifient la personne légèrement différente des autres, la plus vulnérable. 2- utiliser l’empathie pour se rapprocher de la victime 3- obtenir de la victime, ses idées, son savoir, ses contacts 4- utiliser l’information à ses propres fins, comme moyen de chantage, pour s’approprier le mérite ou obtenir des faveurs. 4- isoler la victime pour garder pour soi le secret de son succès.

Il ne faut jamais oublier qu’un pervers narcissique aime être la vedette. Elle veut qu’on l’admire, qu’on la trouve géniale. Ils sont souvent très performants, ils sont des « super-star » d’une manière ou d’une autre.

L’approche peu sembler légitime. Par exemple s’intéresser à la personne qui se trouve en retrait pour « l’aider » à s’intégrer. Quand dans le fond, son intention est de faire du « brain-picking » pour s’approprier ses idées. Les PN, reconnaissent rapidement les personnes qui ont du potentiel, mais peu de personnalité ou qui ont de la difficulté à mettre en valeur leurs potentiels.

Le PN est habile pour valoriser celui ou celle qu’il souhaite « s’approprier », il devient le meilleur ami, le confident, peut-être même l’amant. La victime se sent appréciée, incluse, importante, comprise. Elle peut même admettre avoir volontairement donné ses idées au PN en déclarant « l’important c'est d’avoir sauvé la situation, et que la compagnie fasse des profits » ou encore « de toute façon je n’aime pas ça être sur le devant de la scène, ça me gêne de recevoir des compliments. »

Subtilement, sans qu’on s’en aperçoive, il vampirise tous ceux qui sont des proies faciles et qui lui auront fait confiance. L’atmosphère devient lourde, les employés qui osent se plaindre reçoivent souvent de l’indifférence de la direction. Puisque la méthode rapporte, pourquoi changer de méthode.

À un moment dans l’histoire, le PN n’aura plus personne à vampiriser, son étoile brillera moins et il mettra de la pression sur ceux qui seront demeurés. Les autres seront soit en retrait maladie, parce que le PN leur aura fait du chantage, ou ils auront quitté pour une compagnie plus sensible au bien être de leurs employés.

Le PN se trouvant seul avec lui-même, se tournera alors vers la direction (sauf si c’est lui la direction, à ce moment-là, la compagnie aura un taux de roulement d’employés important) et envenimera ce qui reste d’atmosphère, en blâmant tout le monde de sa déconfiture. Bien vite votre marque employeur en souffre et vos collaborateurs / clients/ partenaires/ compétiteurs, parlent de vous au passé.

Les pervers narcissiques ont souvent des postes d’autorité ou d’influence, ils sont tour à tour enjôleurs et mesquins.

Il y a des moyens de ne pas tomber dans le piège des pervers narcissiques, ou de s’en sortir dans trop de dommages.


Posez-vous les questions suivantes:

  1. Est-ce que mon personnel change souvent?

  2. Quelles sont les raisons de leurs départs?

  3. Est-ce que je peux identifier qui sont es employés plus vulnérables et quelles relations ils ont avec mes employés "vedettes"?

  4. Dans ceux que je considère comme mes employés "vedettes", est-ce que je crois reconnaître celui ou celle qui semble s'approprier beaucoup de crédit? Est-ce qu’il reconnaît d'emblée l'apport des autres membres de l'équipe dans ses succès, est-il un joueur d'équipe?

  5. Comment qualifier l'atmosphère du bureau quand ma "vedette" est dans les parages?

Ne sous-estimez jamais un PN. Si vous avez remarqué un changement dans l'attitude de vos employés, dans l'atmosphère du bureau, s'il y a des "clics", des non-dits, si vous avez un taux élevé de maladie pour cause de dépression ou d'épuisement professionnel, si tout semble pointé vers la même personne. Il est temps d'agir.


Quand vous tenterez d'intervenir, le vocabulaire utilisé sera important, les questions devront être soigneusement préparées, les limites devront être claires, certaines personnes seront probablement remerciées . Tolérance zéro sur l'intimidation, votre culture d'entreprise devra être soignée. Vous aurez besoin d'accompagnement et du support d'un coach habile.

L'entreprise doit revenir sur les conditions qui ont permis au PN d'agir, avec un coach compétent, les employés auront également besoin d'accompagnement, pour développer des réflexes d'autodéfense contre l'agression psychologique.

N’attendez pas la catastrophe.

www.nathaliebertrandcoaching.com

115 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout