C'est pas clair!





Vous vous sentez dépassé. Rien ne fait plus de sens, vous vous sentez seul et incompris. Vous avez de la difficulté à verbaliser ce qui se passe en dedans et ce dont vous avez besoin.

Que ce soit en rapport avec votre couple, vos amitiés, votre situation d’emploi, ou l’ensemble de ces situations, il y a une raison sous-jacente à cette situation d’inconfort qui n’est pas nécessairement une dépression ou un épuisement professionnel « habituel ».

Plusieurs de mes clients sont arrivés dans mon bureau en me disant: « Mon médecin pensait que j’avais une dépression, mais je ne coche pas toutes les cases, il ne sait pas ce que j’ai. »

Que vous ayez un diagnostic ou pas, avoir un cerveau qui fonctionne différemment n’est pas de tout repos. Ni pour vous ni pour les autres. Si vous êtes comme la majorité de mes clients, vous vivez avec une ou plusieurs personnes dont le fonctionnement neurologique n’est pas comme le vôtre et cela engendre plusieurs situations irritantes, voire conflictuelles.

Malgré tous vos efforts pour vous améliorer et vous faire comprendre, il y a toujours un écart important entre ce que vous êtes capable de donner et ce que l’autre s’attend à recevoir. Ce qui vous renvoie immanquablement à votre éternel sentiment d’incompétence.

Il est donc normal qu’après des années à essayer de contourner votre nature, à travailler sur vos « défis », à essayer d’être celui ou celle qu’ils pensent que vous devriez être, l’épuisement vous rattrape.

Les symptômes d’une telle situation sont les suivants:

  • Vous tombez dans la lune de plus en plus souvent et il vous est difficile d’en sortir.

  • Vous avez commencé à ronger vos ongles, ou à vous blesser la lèvre avec vos dents,

  • Votre système digestif fait des siennes

  • Vous devez continuellement bouger pour vous garder concentré,

  • Vos méthodes de recadrage habituel ne fonctionnent plus

  • Quand on vous parle, vous n’arrivez pas à retenir ce qu’on vous a dit,

  • Une espèce de spleen vous suit sans que vous n’arriviez à en identifier la cause

  • Vous manquez systématiquement vos rendez-vous et engagements (ou arrivez-en très en retard)

  • Votre vie familiale / conjugale vous semble trop demandante, peu satisfaisante, ils ne vous comprennent pas

  • Vos amis, qui n’ont jamais été sur la même longueur d’onde que vous, sont encore plus en décalage que d’habitude

  • Vous vous sentez complètement vidé après l’heure du lunch et passez votre après-midi mentalement absent

  • Vous avez l’impression de chercher des réponses, à une question inconnue

Il se peut que vous ne ressentiez pas tous ces symptômes, mais si vous vous reconnaissez dans plusieurs de ces situations, il est probable que vous ayez vous aussi un cerveau différent, couramment appelé DIVERGENT.

Cette liste pourrait très bien être interprétée comme les signes d’une dépression ou d’un épuisement professionnel. Et il est très probable, en effet, que vous soyez arrivé à cette limite. Mais si vous êtes neuro divergent, la cause ne sera pas la même que pour une personne typique et le traitement ne sera pas non plus le même.

Voilà pourquoi l’accompagnement psychologique habituel n’est pas aussi efficace chez une personne neurodivergente que pour le reste de la population.

Si vous êtes neurologiquement différent, les outils conçus par et pour les personnes typiques ne fonctionneront pas toujours pour vous. Il est très important que vous puissiez travailler avec un professionnel qui comprend votre situation différente et qui offre des stratégies différentes, spécialement adaptées à votre spécificité. C’est une des raisons qui emmène certaines personnes à me consulter, avant de voir un professionnel de la santé. Histoire de valider certaines impressions, certaines questions, quand ils se doutent qu’une différence neurologique pourrait les concerner.

Voici quelques questions à vous poser avant d’aller vers un professionnel de la santé, si vous soupçonnez d’être neurologiquement atypique:

  • Quels sont les signes ou situations qui m’indiquent que je pourrais être atypique?

  • Savoir que j’ai une différence neurologique, répondrait / validerait quelque chose à ma situation?

  • Est-ce qu’il y a des personnes neurodifférentes dans ma famille?

  • Quelles sont les situations personnelles et/ou professionnelles désagréables, qui semblent se répéter systématiquement?

  • Est-ce que je me sens en décalage avec mon entourage? Depuis combien de temps?

Tout le monde est différent et ça arrive à tout le monde de se sentir différent à l’occasion, mais si vous vous sentez comme ça tout le temps. Il y a de grandes chances pour que vous soyez neuro atypique.

Vous n’êtes pas seul à vivre comme ça. On estime que 15% des habitants de la planète le sont aussi (personnellement je soupçonne que ce pourcentage est bien plus élevé). Comme tous les neuroatypiques, vous devez vivre dans un monde qui a été fait par et pour les personnes « typiques ». Vous vous trouvez donc continuellement confronté à des situations qui soulignent votre différence.

Avec le temps, ça devient épuisant de fonctionner dans un système qui n’est pas fait pour votre cerveau. C’est comme si on vous demandait de porter des jeans 3 tailles trop petites, sans que ça paraisse, tous les jours, en toutes situations et sans jamais vous plaindre. À la longue, vous manqueriez d’air et votre corps se rebellerait.

C’est exactement la même chose pour votre cerveau. Après un certain temps, il se rebelle et commence à vous lâcher.

Sachez qu’il est tout à fait normal d’être différent, d’avoir des limites différentes, des besoins différents, un fonctionnement différent, des attentes différentes, un comportement différent. Il y a toujours eu des gens avec des cerveaux qui fonctionnaient différemment.

Vous en avez certainement déjà entendu parler: Leonardo da Vinci, Albert Einstein, Henri Ford, Walt Disney, Picasso, Agatha Christie. La liste est très longue. Il n’y a aucune honte à avoir son nom sur la même liste que ces personnages.

On reconnaît de plus en plus l’importance de respecter les besoins particuliers des personnes qui fonctionnent différemment, mais la société n’a pas encore fait les modifications pour intégrer dans son fonctionnement et dans ses règles les actions nécessaires aux biens être de tous.

Si vous êtes en situation de crise, cela demande une attention particulière. Mon amie @Mélissa St-Louis, recommande la méthode RAIN pour calmer votre anxiété. C’est-à-dire:

  • Reconnaître qu’il y a une situation qui exige de vous plus d’attention,

  • Accepter qu’il y ait un besoin à adresser, sans chercher à changer quoi que ce soit,

  • Inspecter avec douceur et bienveillance ce qui peut en être la cause,

  • Normaliser la situation sans la laisser vous définir par celle-ci

N’oubliez pas, vous êtes parfait comme vous êtes et je ne voudrais pas que vous soyez autrement.

Nathalie

XXX

Je vous invite à lire l’article de blogue sur les pervers narcissiques, ils sont souvent très toxiques pour les atypiques.



21 vues0 commentaire